Corrigés du BAC de philosophie 2005

 

e-philosophie : aide en philosophie sujets corrigés cours gratuits

 

   Sujets corrigés de :   Dissertations    Commentaires de textes    Cours    Plan du site 

 

 

 "Citation Il entre dans toutes les actions humaines plus de hasard que de décision. Gide (André)

 

> Page d'accueil > Ajouter aux favoris > Nous écrire > Nous recommander à un(e) proche > Consulter la FAQ

 

E-philosophie  

 

   - Accueil

 

News
Archives
Edito
FAQ
Affiliation
Nous contacter
Nous recommander
 

   - Sujets corrigés

 

Dissertations
Commentaires de textes
 

   - Méthodes

 

La dissertation
Le commentaire
de texte

 

   - Articles

 

Prochainement
 

   - Philosophie

 

Cours
Citations
Biographies
Bibliographie
 

   - Infos BAC 2005

 

- Les notions au programme
- BAC 2004 : les changements
- Dates des épreuves du BAC 2005
 

 

 

> e-philosophie.com est compatible avec :

 

 

 

 

LA CONNAISSANCE

1. Conscience morale, conscience psychologique

  • Le terme "conscience" peut sembler simple, car il est d'un usage courant : prendre conscience d'une situation, réagir en toute conscience, perdre conscience, avoir bonne ou mauvaise conscience, etc. Ces expressions révèlent pourtant la polysémie du mot, où convergent deux acceptions : l'une est morale (affirmée dès Socrate, qui évoque volontiers le "démon" l'invitant à telle ou telle conduite), l'autre est psychologique.
  • La conscience morale implique la présence, en chacun, de valeurs qui l'aident à définir ce qui lui paraît bien ou mal. Elle débouche donc sur une question relative à l'origine de ces valeurs : me sont-elles fournies par une autorité extérieure (la famille, la société, ou Dieu) ? ou est-ce moi qui les découvre ou les invente ?
  • Quant à la conscience psychologique, elle peut à son tour se comprendre selon deux dimensions : d'une part, elle double chacun de mes actes d'un savoir le concernant (je suis conscient de ce que je vois en même temps que de voir). D'autre part, elle constitue le sentiment d'être un moi singulier : le sujet s'affirme en s'opposant à tout ce qui n'est pas lui-même.
2. Situation et conséquences du Cogito cartésien
  • Pour échapper à l'erreur, Descartes suspend tout jugement par un doute "hyperbolique". Il met fin à ce dernier en découvrant la première vérité indubitable : le "je pense, je suis". L'existence humaine est ainsi capable de se saisir dans la conscience qui accompagne chacune de ses pensées (vraies ou fausses, peu importe). Le sujet est dès lors différencié de l'objet : le monde extérieur (dont les animaux-machines qui, privés d'âme, ne peuvent penser) est composé d'objets, domaine d'investigation de la science et de la technique.
  • Il devient alors nécessaire d'explorer la subjectivité, de décrire le mode d'être et les capacités de la conscience. Cette exploration sera menée, soit par l'introspection - qui prétend saisir et analyser un phénomène au moment même où il a lieu dans la conscience, soit par la rédaction d'un journal intime, qui enregistre dans la durée les modifications du sujet en fonction de ce qu'il vit. Confirmant son existence, le sujet ambitionne de devenir, comme Auguste dans Cinna, "maître de (s)oi comme de l'univers". La conscience serait l'équivalent, dans l'individu, d'une capacité d'auto-contrôle ou d'un centre de volonté (qui, pour Maine de Biran, constitue le sentiment d'un moi capable de s'opposer au reste).
3. La conscience contestée

De tels efforts pour décrire le moi interne constituent-ils une connaissance générale (ou scientifique) de la conscience? Rien n'est moins sûr : dès avant Freud, la suprématie de la conscience est contestée de divers points de vue :

  • Auguste Comte élabore une critique radicale de l'introspection, incapable de livrer des observations objectives et généralisables (il exclut donc la psychologie des sciences)
  • Marx souligne la présence, dans tout sujet, d'une conscience de classe, liée à la situation sociale et condamnée à l'erreur lorsqu'elle croit rendre compte de la réalité : la conscience bourgeoise se livre à des interprétations conditionnées par ses propres intérêts; elle impose ses valeurs et sa vision des choses à la conscience ouvrière.
  • Nietzsche, rappelant que la conscience est "superflue pour l'essentiel" (je mange, respire ou marche sans en prendre conscience), remarque que toute prise de conscience est liée aux possibilités d'un langage collectif : elle trahit la singularité de l'individu, dont la vérité est donc ailleurs.
4. Conscience, temps et intentionnalité
  • D'autres auteurs ont conçu la conscience en termes plus philosophiques que psychologiques. Hegel affirme ainsi qu'elle est identique au savoir, et Schopenhauer qu'elle "consiste dans la connaissance" - cette dernière pouvant être immédiate ou synthétique (comme l'affirmait déjà Kant : le moi résulte de la synthèse de ses représentations).
  • Chez Bergson, la conscience est toujours sélective, car elle ne considère que ce que demande l'action. De plus, elle "signifie avant tout mémoire", accompagnant nos conduites pour constituer notre personnalité comme une continuité sans faille.

 

 > Retour en haut de la page (Merci Laurent Beta Testeur)  

> Nombre de connecté(s) actuellement à www.e-philosophie.com

  1 connecté

Déjà 4818 jours depuis la rentrée 2005-2006 au lycée !

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA

> e-philosophie.com est enregistré et certifié par Allo Certif

.: Votez pour ce site :.
.: au Weborama :.

       Sondage

 

A votre avis :

 

 

 

      Recommander

 

Recommander notre site e-philosophie

 

 

 

 

 

 

 

 

* www.e-philosophie.com l'entraide philosophique depuis 2002 * © 2002 - 2018 *


3801142 pages ont été consultées depuis le 01/09/2004
50252 pages ont été consultées aujourd'hui.

 

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA


Persocertif ID=3687

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

L'anneau philosophique francophone

 

Internaute.org, l'annuaire francophone !
[ Noter ce site ]

Annuaire hitweb

annuaire Actimonde