Corrigés du BAC de philosophie 2005

 

e-philosophie : aide en philosophie sujets corrigés cours gratuits

 

   Sujets corrigés de :   Dissertations    Commentaires de textes    Cours    Plan du site 

 

 

 "Citation Nous vivons avec nos défauts comme avec les odeurs que nous portons : nous ne les sentons plus ; elles n'incommodent que les autres. Lambert (Anne Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de)

 

> Page d'accueil > Ajouter aux favoris > Nous écrire > Nous recommander à un(e) proche > Consulter la FAQ

 

E-philosophie  

 

   - Accueil

 

News
Archives
Edito
FAQ
Affiliation
Nous contacter
Nous recommander
 

   - Sujets corrigés

 

Dissertations
Commentaires de textes
 

   - Méthodes

 

La dissertation
Le commentaire
de texte

 

   - Articles

 

Prochainement
 

   - Philosophie

 

Cours
Citations
Biographies
Bibliographie
 

   - Infos BAC 2005

 

- Les notions au programme
- BAC 2004 : les changements
- Dates des épreuves du BAC 2005
 

 

 

> e-philosophie.com est compatible avec :

 

 

 

 


LE JUGEMENT

1. L'idée et le sensible

  • Nous utilisons quotidiennement de nombreuses idées - et ce terme désigne indifféremment des représentations générales (l'idée d'arbre), des concepts scientifiques (l'idée d'atome), des notions abstraites (l'idée de justice). Au pluriel, il évoque les conceptions d'un auteur particulier (les idées morales de Descartes) ou même d'une collectivité - lorsqu'on s'intéresse par exemple à l'histoire des idées. Cette polysémie implique une série de problèmes.
  • L'étymologie semble rattacher l'idée à la vision (que désigne le verbe grec "eidein"), et indiquerait qu'une idée est d'abord élaborée relativement aux choses que nous percevons, avant de correspondre à une "vision de l'esprit". Mais une telle origine ne peut être affirmée à propos des idées métaphysiques (au sens étymologique : au-delà de la nature, et donc de la perception).
  • Même l'idée désignant un objet sensible s'en révèle en fait indépendante : elle ne tient pas compte des qualités singulières de chaque objet, et ne rassemble que des caractères généraux, qui correspondent à une définition abstraite. De ce point de vue, l'idée est classiquement reliée à l'essence de la chose : c'est donc parce que je la possède que je peux reconnaître la chose qui lui correspond.
2. L'origine des idées
  • Platon accorde aux idées une plénitude ontologique absente des choses sensibles. Ces dernières sont soumises au temps et à une diversité accidentelle, les idées sont dotées de permanence et d'éternité. L'univers intellectuel qu'elles constituent préexiste à l'univers sensible, qui n'en propose qu'une version dégradée - et c'est en explorant le premier que l'esprit peut connaître le second, jamais le contraire. Ainsi, ce qui permet d'apprécier les qualités apparentes d'un corps sensible (la beauté ou la taille), c'est la connaissance des idées dont elles participent (le beau ou le grand "en soi"), et dont elles réalisent une incarnation partielle. Cela suppose que l'esprit connaisse les idées de toute éternité, avant d'avoir la moindre expérience du sensible : le Ménon affirme en effet que l'âme, elle-même éternelle, a bien perçu les essences avant son inscription dans un corps (théorie de la réminiscence).
  • Le rationalisme cartésien distingue, parmi les idées, celles qu'il qualifie d'innées (les autres sont adventices - elles proviennent, par les sens, du dehors de l'esprit, ou factices - je les forme moi-même). Placées par Dieu dans l'esprit dès la naissance, elles sont claires et distinctes (comme le sont de leur côté les notions mathématiques), et constituent des "semences de vérité". Ainsi en va-t-il des notions de substance, d'étendue, ou de Dieu. Ces idées innées indiquent qu'une idée vraie ne doit rien aux sens : la célèbre analyse d'un morceau de cire, progressivement épuré de ses qualités accessoires (couleur, odeur, etc.), révèle que l'idée qu'on en constitue n'accepte rien des sens. La connaissance, y compris celle du monde matériel, peut dès lors atteindre la certitude en procédant par raisonnements purs.
  • A l'inverse, l'empirisme (Locke, Hume) considère qu'il n'y a rien dans l'esprit qui ne provienne de l'expérience sensible. Même les classiques "principes de la raison" sont élaborés à partir de la répétition d'expériences semblables : à force de voir un phénomène en suivre un autre, nous croyons pouvoir en déduire l'existence d'une relation de causalité. En conséquence, notre connaissance des choses et des faits peut être seulement dotée d'une forte probabilité.
  • De cette critique empiriste, Kant retient que toute connaissance est relative à la nature même de notre esprit, et à la façon dont il peut recueillir des informations sur le monde, qu'il classe et organise ensuite. La vérité que nous pouvons construire sur le monde des phénomènes (le monde tel qu'il est pour nous) peut ne pas coïncider avec le monde en lui-même. Mais, au-delà de cet univers phénoménal, il faut faire place aux idées pures de la raison. Ces dernières ne peuvent être garanties par aucune expérience, car elles concernent l'âme, l'idée même du monde, Dieu ou la liberté (elles sont métaphysiques). Elles n'en sont pas moins nécessaires, car elles correspondent à un besoin ou une exigence de la Raison elle-même, qui veut confirmer la cohérence de son savoir et de la morale, ainsi que le caractère rationnel de ce qui existe. La raison dans son versant "pratique" (qui se préoccupe de la moralité) vient alors compléter la raison "pure" (qui élabore la connaissance, au sens strict), et les idées métaphysiques doivent être affirmées par des postulats.
3. Le jugement : définition et catégories
  • La logique classique ramène tout jugement à la forme "S est P", où S désigne le sujet de la proposition, et P son prédicat (ce que la grammaire qualifie d'attribut), le verbe "être" étant nommé la copule, c'est-à-dire ce qui établit une relation entre S et P. Un jugement est ainsi une proposition attribuant une qualité à un sujet (être ou chose). Deux situations sont alors à distinguer .
  • le jugement se contente de mettre en valeur, dans le sujet, la présence d'un prédicat que l'on connaissait déjà. Il est alors qualifié d'analytique", puisque c'est par une rapide analyse du sujet que j'en "extrais" le prédicat qui m'intéresse. Ainsi, formuler que "les hommes sont mortels" ne vient rien ajouter à ce qu'implique l'idée d'homme en général. Un tel jugement peut être construit sans apport d'une expérience nouvelle, et c'est pourquoi Kant le qualifie d'a priori;
  • le jugement peut au contraire apporter au sujet un prédicat nouveau, dont le repérage suppose l'intervention d'une expérience. C'est en opérant la synthèse de plusieurs données sensibles que je constate la coexistence du sujet et de son prédicat : pour affirmer que "ce chien est noir", il est bien nécessaire que j'aie une expérience visuelle de tel chien particulier, et de sa couleur. On qualifie en conséquence le jugement de synthétique, ou, en vocabulaire kantien, d'a posteriori.
4. Jugement et idée
  • Le jugement concerne les relations possibles entre des idées. Dans les exemples ci-dessus, c'est d'abord parce que l'idée d'homme inclut a priori celle de mortalité que le jugement analytique est possible. C'est ensuite parce que l'animal que je perçois correspond à l'idée de chien, puis parce que sa couleur correspond à celle de noir, que l'expérience est synthétisée dans le jugement.
  • Formuler un jugement, c'est de la sorte explorer ce qui est sous-entendu dans une idée déjà constituée, ou, à l'inverse, particulariser une idée en lui ajoutant des qualités. Il apparaît ainsi que c'est parce que nos idées résument des jugements antérieurs qu'elles s'offrent à l'esprit comme des réserves de jugements possibles. L'activité intellectuelle consiste à travailler les idées, en les articulant de diverses manières, pour produire une pluralité de jugements.
  • Dans cette optique, raisonner consiste à relier entre eux différents jugements en respectant les lois de la logique. Ainsi, le syllogisme, qui est le modèle simple d'un raisonnement déductif, est constitué de trois jugements ou propositions : les deux premières sont les prémisses et la troisième la conclusion. Le syllogisme ayant toutefois un intérêt purement formel, on ne tient pas compte, pour apprécier sa rigueur, du contenu "empirique" des propositions (de ce qu'elles évoquent). Ainsi, la déduction suivante :"Toutes les girafes ont les yeux bleus", "mon cousin est une girafe", "donc mon cousin a les yeux bleus", est irréprochable comme l'indique sa transcription symbolique :" Tous les A sont B", "C est A", "Donc C est B". De tels enchaînements de jugements concernent des termes ne renvoyant pas nécessairement à des idées au sens habituel : les mots "girafe", "cousin", "yeux bleus", n'impliquent aucune correspondance avec une réalité empirique, et n'ont de sens que par leurs relations.
5. Jugement de fait, jugement de valeur
  • Indépendamment de son acception logique, le terme "jugement" renvoie à un exercice individuel, qui consiste à apprécier, correctement ou non, ce qui est. Dans ce cas, le jugement peut laisser transparaître un point de vue subjectif. Dire simplement "Pierre est grand" peut déjà faire intervenir une notion personnelle de la taille (si par exemple je suis moi-même petit), mais, s'il y a lieu d'en discuter, des critères d'appréciation plus objectifs peuvent être trouvés (en utilisant par exemple des statistiques sur la taille moyenne d'une population, par rapport à laquelle on pourra situer Pierre).
  • Bien souvent, le jugement de fait - qui constate l'existence d'un phénomène - et le jugement de valeur - qui ajoute au constat des éléments ne relevant pas de la vérité ou de l'erreur - deviennent indissociables. C'est ce qui a lieu dès qu'intervient le jugement esthétique : qu'on puisse juger "laide" une œuvre que je juge "belle" a toujours quelque chose de scandaleux, et invite à un échange d'arguments qui cherchent à fonder, de part et d'autre, le jugement émis. La situation devient plus complexe encore lorsque c'est la connaissance d'un fait qui s'accompagne comme nécessairement d'un jugement de valeur. C'est ce qui se rencontre dans le récit historique, où des faits, en eux-mêmes incontestables, peuvent être présentés de différentes manières et susciter des jugements de valeur opposés.
  • Dans tous les cas, on doit distinguer ces jugements de valeur des simples préjugés, dont le nom révèle qu'ils constituent des jugements antérieurs à tout effort de connaissance, ou ne signalant qu'une opinion qui se crispe obstinément sur sa singularité. Le préjugé refuse de se donner les moyens du jugement authentique, il prétend savoir sans avoir besoin d'en accomplir les démarches, et interrompre toute discussion en recourant éventuellement à la force.
6. Repenser le désir
  • Chez Freud cependant, le désir individuel s'incline devant les exigences du social : le névrosé, qui souffre de relations antérieures avec autrui mal intégrées dans son inconscient, sera guéri par la cure analytique, lorsqu'il concevra que les dérives de son désir polymorphe sont injustifiées et illégitimes. Les surréalistes ont dénoncé, dans les théories freudiennes, cet étouffement final du désir aux fins de réintégration sociale; de la psychanalyse, ils acceptaient l'affirmation de l'inconscient et l'insistance sur le désir, mais ils refusaient en conséquence l'ambition thérapeutique.
  • C'est parce qu'il conçoit encore le désir comme résultat d'un manque que Freud rejoint la tradition philosophique d'une répression du désir. Dès Platon, le désir est aussi bien absence de plénitude, puisqu'il résulte de la séparation d'un androgyne primitif qui trouvait en lui-même toute satisfaction, qu'indice d'une prédominance du corps sur l'âme (c'est parce qu'ils sont soumis à la concupiscence que les artisans, dans La République, sont exclus de l'organisation communautaire de la Cité). La mentalité chrétienne, privilégiant la dimension spirituelle de l'être humain, condamne ensuite massivement le désir parce qu'il dépend de "la chair" : "Que le péché ne règne plus dans votre corps mortel pour vous faire obéir à ses convoitises" (Épître aux Romains).
  • Cette dévalorisation de l'objet désiré et du désir lui-même ne peut être abandonnée que si le désir est compris, comme le fait Spinoza, comme correspondant à l'essence même de l'homme et comme créateur de valeur : "Nous jugeons qu'une chose est bonne, parce que nous faisons effort vers elle, que nous la voulons et tendons vers elle par appétit ou désir."
  • Dès lors qu'il instaure la valeur de son objet - et même si la satisfaction implique, comme le souligne Hegel, la destruction de cet objet que la conscience s'approprie -, le désir peut s'orienter vers de nouveaux objets, et donc élaborer d'autres valeurs. C'est en quoi il conteste toute organisation, sociale ou politique, se prétendant définitivement satisfaisante (un pouvoir qui ne donne à ses sujets que "du pain" - pour les besoins - et "des jeux" - pour les plaisirs - suppose l'écrasement total des désirs individuels, comme le montre par exemple 1984 de George Orwell). Seuls les besoins primaires (liés à la survie biologique) peuvent être satisfaits - et encore n'est-ce que temporairement : la faim renaît -; mais les désirs, parce qu'ils concernent simultanément le corps, l'inconscient comme histoire des relations avec autrui, et la conscience qui les formule finalement, n'en finissent pas de viser des objets ou des êtres différents. Notre incapacité à les combler est alors l'indice de notre éloignement de l'animalité, c'est-à-dire de notre inscription dans l'histoire et de notre appartenance à une culture.

 

 > Retour en haut de la page (Merci Laurent Beta Testeur)  

> Nombre de connecté(s) actuellement à www.e-philosophie.com

  1 connecté

Déjà 4765 jours depuis la rentrée 2005-2006 au lycée !

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA

> e-philosophie.com est enregistré et certifié par Allo Certif

.: Votez pour ce site :.
.: au Weborama :.

       Sondage

 

A votre avis :

 

 

 

      Recommander

 

Recommander notre site e-philosophie

 

 

 

 

 

 

 

 

* www.e-philosophie.com l'entraide philosophique depuis 2002 * © 2002 - 2018 *


3798119 pages ont été consultées depuis le 01/09/2004
47231 pages ont été consultées aujourd'hui.

 

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA


Persocertif ID=3687

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

L'anneau philosophique francophone

 

Internaute.org, l'annuaire francophone !
[ Noter ce site ]

Annuaire hitweb

annuaire Actimonde