Corrigés du BAC de philosophie 2005

 

e-philosophie : aide en philosophie sujets corrigés cours gratuits

 

   Sujets corrigés de :   Dissertations    Commentaires de textes    Cours    Plan du site 

 

 

 "Citation Un fils est un créancier donné par la nature. Stendhal (Henri Beyle, dit)

 

> Page d'accueil > Ajouter aux favoris > Nous écrire > Nous recommander à un(e) proche > Consulter la FAQ

 

E-philosophie  

 

   - Accueil

 

News
Archives
Edito
FAQ
Affiliation
Nous contacter
Nous recommander
 

   - Sujets corrigés

 

Dissertations
Commentaires de textes
 

   - Méthodes

 

La dissertation
Le commentaire
de texte

 

   - Articles

 

Prochainement
 

   - Philosophie

 

Cours
Citations
Biographies
Bibliographie
 

   - Infos BAC 2005

 

- Les notions au programme
- BAC 2004 : les changements
- Dates des épreuves du BAC 2005
 

 

 

> e-philosophie.com est compatible avec :

 

 

 

 


LE POUVOIR

1. Diversité du pouvoir

  • On peut nommer pouvoir la domination exercée par un homme sur un ou plusieurs autres, de façon à en obtenir un comportement qui n'apparaîtrait pas spontanément. Si l'on peut immédiatement évoquer, pour illustrer cette situation, le pouvoir qu'exerce un supérieur hiérarchique sur ceux qui lui obéissent, en particulier dans le domaine politique, on doit remarquer que tout pouvoir ne se ramène pas nécessairement au politique.
  • La complexité des relations sociales, la diversité des niveaux de compétence relative, l'importance acquise dans le corps social par les différents savoirs amènent en effet à signaler l'existence de pouvoirs diffus, à travers lesquels un ordre autre que politique trouve à s'exprimer.
  • Il existe ainsi d'étroites relations entre le pouvoir et les savoirs, même lorsque ces derniers peuvent sembler non spécialisés. Ainsi, historiens et ethnologues s'accordent pour affirmer que l'écriture, dès son origine mais encore dans les relations entre cultures différentes, symbolise un pouvoir sur celui qui l'ignore. Plus généralement, la fréquence des expressions désignant le pouvoir appartenant à un "métier" ou une fonction (pouvoir médical ou psychiatrique, pouvoir scientifique, pouvoir religieux) signale que le corps social est traversé par des jeux de pouvoirs qui ne renvoient pas tous directement à l'organisation politique - même s'ils en participent ou peuvent éventuellement l'influencer de quelque façon .
2. Le pouvoir politique
  • On peut s'interroger sur ce qui légitime particulièrement le pouvoir politique. Le sociologue Max Weber a montré qu'il en existe trois fondements. Le "pouvoir traditionnel" s'appuie sur l'habitude de respecter des coutumes. Le pouvoir "charismatique" implique que le chef possède des qualités exceptionnelles, en raison desquelles on lui obéit par dévouement personnel. Enfin, dans l'État moderne, le pouvoir est pensé comme nécessaire en fonction de règles admises collectivement; il est confié à ceux qui semblent faire preuve de la compétence requise pour bénéficier d'une autorité légalement instaurée.
  • Si chaque forme de légitimité détermine un mode de domination et de sanction particulier, la légitimation moderne implique que celui qui a un pouvoir n'en abuse pas, c'est-à-dire qu'il respecte les règles juridiques et inscrit ses actions dans le cadre du droit. On peut cependant craindre que tout gouvernant ait tendance, sinon "par nature" du moins par suite d'une tentation permanente, à abuser du pouvoir qui lui a été confié.
  • C'est pourquoi Montesquieu, dans l'Esprit des lois, considère comme nécessaire une séparation des différents pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire), de façon à empêcher l'abus de pouvoir. Lorsqu'on évoque l'existence, avec la presse, d'un "quatrième pouvoir", c'est pour indiquer combien l'information du citoyen est utile pour lutter contre les débordements de ceux qui détiennent le pouvoir. Encore faut-il bien entendu que la presse elle-même n'abuse pas de ses moyens de persuasion. Il apparaît ainsi que, dans une démocratie, c'est encore la façon dont sont admises la critique et la contestation qui semblent les meilleures garanties de la liberté des citoyens.
3. Consentement et résistance
  • Le pouvoir, par définition, implique l'exercice d'une contrainte (qui peut aller jusqu'à la violence ouverte). On peut s'interroger sur ce qui amène les citoyens à le supporter, à s'imposer une "servitude volontaire" (La Boétie). Faut-il, comme Socrate, obéir à n'importe quel pouvoir, même celui que l'on sait injuste ? Faut-il au contraire admettre le droit, sinon le devoir, de contester le pouvoir ou de lui résister ?
  • Wilhelm Reich a montré (Psychologie de masse du fascisme) que certaines conditions d'éducation ancrent dans l'inconscient un désir d'obéissance déterminant une soumission aveugle au pouvoir, même lorsqu'on devrait prévoir, rationnellement, qu'il s'exercera aux dépens des sujets qui l'ont établi (ainsi, de nombreux ouvriers allemands ont voté pour Hitler). Mais il ne s'agit, dans ses analyses, que du pouvoir politique.
  • À partir du moment où l'on reconnaît l'existence de pouvoirs beaucoup plus diffus, que Michel Foucault qualifie de "sans sommet" pour les distinguer du "pouvoir pyramidal" qui serait celui de l'ordre politique classique, on entrevoit que la résistance risque d'être infinie. S'il existe en effet, dans le corps social, de multiples relais (la famille, l'école, l'art, la prison, le marché économique, etc.) qui demandent inlassablement l'obéissance de l'individu, ce dernier, pour préserver sa liberté, est entraîné vers des formes multiples de lutte concernant alternativement les différentes sortes de pouvoir. C'est dire que ces luttes sont nécessairement locales ou ponctuelles, et qu'elles sont aussi interminables.

 

 > Retour en haut de la page (Merci Laurent Beta Testeur)  

> Nombre de connecté(s) actuellement à www.e-philosophie.com

  1 connecté

Déjà 4765 jours depuis la rentrée 2005-2006 au lycée !

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA

> e-philosophie.com est enregistré et certifié par Allo Certif

.: Votez pour ce site :.
.: au Weborama :.

       Sondage

 

A votre avis :

 

 

 

      Recommander

 

Recommander notre site e-philosophie

 

 

 

 

 

 

 

 

* www.e-philosophie.com l'entraide philosophique depuis 2002 * © 2002 - 2018 *


3798106 pages ont été consultées depuis le 01/09/2004
47218 pages ont été consultées aujourd'hui.

 

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA


Persocertif ID=3687

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

L'anneau philosophique francophone

 

Internaute.org, l'annuaire francophone !
[ Noter ce site ]

Annuaire hitweb

annuaire Actimonde