Corrigés du BAC de philosophie 2005

 

e-philosophie : aide en philosophie sujets corrigés cours gratuits

 

   Sujets corrigés de :   Dissertations    Commentaires de textes    Cours    Plan du site 

 

 

 "Citation Tout usage finit par se changer en abus. Dutourd (Jean)

 

> Page d'accueil > Ajouter aux favoris > Nous écrire > Nous recommander à un(e) proche > Consulter la FAQ

 

E-philosophie  

 

   - Accueil

 

News
Archives
Edito
FAQ
Affiliation
Nous contacter
Nous recommander
 

   - Sujets corrigés

 

Dissertations
Commentaires de textes
 

   - Méthodes

 

La dissertation
Le commentaire
de texte

 

   - Articles

 

Prochainement
 

   - Philosophie

 

Cours
Citations
Biographies
Bibliographie
 

   - Infos BAC 2005

 

- Les notions au programme
- BAC 2004 : les changements
- Dates des épreuves du BAC 2005
 

 

 

> e-philosophie.com est compatible avec :

 

 

 

 


LES TECHNIQUES

1. La technique, la main et la pensée

  • Le mot "technique" est issu du grec "technè", qui désigne initialement tout savoir-faire permettant d'obtenir un résultat attendu. Englobant au départ la pratique artistique, ce savoir-faire vise plus précisément le production efficace de choses utiles pour l'homme.
  • C'est parce que l'homme est au départ le plus démuni des vivants, qu'il est amené à utiliser d'abord son corps ou des parties de ce dernier pour travailler. Dans le Protagoras de Platon, l'homme est qualifié de "nu, sans chaussures, ni couvertures ni armes", et c'est pour remédier à ce dénuement que Prométhée lui fait présent du feu et de la connaissance technique. Aristote objecte à ce mythe qu'en fait, l'homme est doté de la main, qui est "l'outil de loin le plus utile", parce qu'elle en remplace plusieurs; il considère de surcroît que cette polyvalence de la main va de pair avec l'intelligence.
  • L'outil inventé est d'abord un prolongement du corps et de l'énergie physique. Mais sa mise au point fait intervenir des capacités intellectuelles telles qu'on peut, selon André Leroi-Gourhan, considérer son usage comme le caractère distinctif de l'humanité : concevoir un outil, c'est anticiper sur son utilisation, mais aussi déterminer sa forme relativement à l'usage qu'on en attend ainsi qu'à l'énergie qu'on lui appliquera. S'il est vraisemblable, comme l'affirme Bergson, que l'homo faber a précédé l'homo sapiens, il n'en reste pas moins que le perfectionnement des outils suppose une capacité à penser et que très vite s'établissent des relations de complémentarité entre l'activité et la réflexion.
2. Technique et maîtrise de la nature
  • Si l'outil est la médiation entre l'homme et la nature, son usage peut constituer une grave agression à l'égard du milieu. Dans de nombreuses sociétés "primitives", la chasse doit ainsi être précédée de rituels cherchant à se concilier l'esprit des espèces animales dont on va tuer des représentants; et les forgerons sont fréquemment perçus comme des individus "sacrés", à la fois respectables et dangereux, parce qu'ils sont en contact avec les forces secrètes du feu et du sous-sol. Le mythe même de Prométhée rejette sur un demi-dieu la responsabilité du savoir technique humain.
  • Cette ambivalence de la technique, à la fois bonne pour l'homme et agressive à l'égard de la nature, s'aggrave dans la littérature du XIXe siècle, ou dans la science-fiction : le confort progressivement acquis par l'homme s'accompagne d'un danger éventuel, thématisé dans le Frankenstein de Mary Shelley aussi bien que par les ingénieurs ou savants fous de Jules Verne.
  • Aucune technique n'est "neutre" : sa valeur vient de l'usage qui en est décidé; pour peu qu'elle soit au service d'une science elle-même mal orientée, c'est la liberté de l'homme, ou même sa vie, qui se trouve menacée. Pire : le développement des machines peut sembler de nature à retirer toute initiative à l'homme lui-même, se retrouvant "au service" d'un fonctionnement qu'il maîtriserait de moins en moins.
3. Technique, science et morale
  • Lorsque certains philosophes évoquent l'existence d'un univers techno-scientifique, cela signifie que l'ancienne opposition affirmée entre une science "pure", simplement animée par la volonté de savoir, et une technique "intéressée", déterminée par les intérêts de l'humanité, n'a plus guère de sens. En fait, la science elle-même a évidemment besoin d'un appareillage technique de plus en plus conséquent, et l'élaboration de la technique contemporaine nécessite une quantité impressionnante de connaissances théoriques. Science et technique sont désormais étroitement liées.
  • Ce qui les rapproche, mais d'un point de vue bien différent, c'est l'ignorance dont fait preuve l'individu à leur égard. D'un récepteur de télévision, on attend ainsi qu'il fonctionne, sans qu'il soit nécessaire de connaître les théories scientifiques qui fondent sa fabrication. L'univers des machines et des appareils techniques dans lequel nous vivons nous habitue à penser en termes d'efficacité, de coût financier ou de performance, non en termes de connaissance. D'où un risque pour la société : que le pouvoir y soit monopolisé par une minorité de techno-scientifiques.
  • Quant au déploiement et aux conquêtes de la technique sur la terre, ou même au-delà, il est acquis qu'il pose de sérieux problèmes d'écologie, mais aussi de relations entre États. La techno-science a des retombées économiques massives, et l'écart ne peut de ce point de vue que croître entre les pays techniquement les plus développés et les autres. Une réflexion sérieuse sur la technique, même si elle commence par reconnaître sa participation bénéfique à l'histoire de l'humanité, ne peut qu'en venir à s'interroger sur les buts auxquels elle peut désormais servir et sur les moyens de mieux en contrôler les développements futurs.

 

 > Retour en haut de la page (Merci Laurent Beta Testeur)  

> Nombre de connecté(s) actuellement à www.e-philosophie.com

  1 connecté

Déjà 4818 jours depuis la rentrée 2005-2006 au lycée !

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA

> e-philosophie.com est enregistré et certifié par Allo Certif

.: Votez pour ce site :.
.: au Weborama :.

       Sondage

 

A votre avis :

 

 

 

      Recommander

 

Recommander notre site e-philosophie

 

 

 

 

 

 

 

 

* www.e-philosophie.com l'entraide philosophique depuis 2002 * © 2002 - 2018 *


3801158 pages ont été consultées depuis le 01/09/2004
50268 pages ont été consultées aujourd'hui.

 

> e-philosophie.com est enregistré et certifié auprès de l'ICRA


Persocertif ID=3687

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

L'anneau philosophique francophone

 

Internaute.org, l'annuaire francophone !
[ Noter ce site ]

Annuaire hitweb

annuaire Actimonde